BÉRINI Marcel, Robert

berini-marcel-110218

berini-marcel

Né le        11/11/1903 à Le Puid (88)    

Pseudonyme :

Profession :cafetier

Situation familiale :Marié – 1 enfant

Domicile :

Réseau maquis : Val-de-Senones

 Arrêté le :  9 août 1944 à Senones

 Prisons :locaux de la Gestapo de Saint-Dié,  prison de la Vierge, à Épinal,Nancy Charles III

Le 1er septembre, Berini Marcel est déporté au camp de Natzweiler-Struthof où il devient le matricule 26431.

 
parcours :

Le 6 septembre, Berini Marcel est à Dachau avec le matricule 101650.

le 22 octobre, Berini Marcel est transféré à Neuengamme,  matricule,  62470, puis il est envoyé au camp de Gross Rosen, jusqu’à l’évacuation de ce dernier, le 8 février 1945.

Le 11 févier,Berini Marcel arrive à Nordhausen, en Thuringe, et rejoint le camp de Mittelbau-Dora, matricule 110218. Marcel Bérini est déclaré décédé le 1er mars 1945.

Témoignage :

Marcel, Robert Bérini est né le 11 novembre 1903 au Puid, dans les Vosges. Il est le fils de Joseph Bérini et de Marie Haouy. La famille Bérini était originaire de Schignano, province de Côme, dans la région Lombardie, en Italie. Elle obtient la nationalité française le 4 avril 1922.

Marcel Bérini est mobilisé, le 1er octobre 1923, à Épinal et incorporé, le 14 novembre, au 1er BCP (Bataillon de chasseurs à pied) stationné à Reims. Promu caporal, le 13 mai 1924, puis sergent, le 13 novembre, il est renvoyé dans ses foyers le 28 avril 1925.

Le 25 septembre 1926, Marcel Bérini épouse Paulette Chaudron, à Senones (Vosges). Le couple aura une fille, Suzanne, née le 26 mars 1927. Les époux Bérini tiennent le Café du Faubourg, rue de la République, à Senones. En fait, Marcel Bérini est graniteur le matin aux carrières de Senones et s’occupe du café l’après-midi ; sa femme travaille aux textiles Boussac le matin et rejoint ensuite son mari. Fervents patriotes, leur établissement sert de lieu de rendez-vous pour les résistants. Le couple contribue, en outre, au ravitaillement des clandestins. En 1944, Robert Bérini intègre le maquis du secteur du Val-de-Senones.

Les époux Bérini sont arrêtés, le 9 août 1944, à leur domicile, par la Gestapo. Avec plusieurs habitants de Senones, ils sont embarqués dans un bus de la police allemande. Paulette Bérini sera déportée au camp de Sarrebruck-Neue Bremm, puis à Ravensbrück mais reverra la France en 1945.

Conduit dans les locaux de la Gestapo de Saint-Dié, Marcel Bérini est ensuite incarcéré à la prison de la Vierge, à Épinal.

Le 30 août 1944, il est transféré à celle de Nancy Charles III. Le 1er septembre, il est déporté au camp de Natzweiler-Struthof où il devient le matricule 26431.

Mais, une semaine plus tard, les détenus sont évacués plus à l’Est en raison de l’avancée des troupes alliées en France.

Le 6 septembre, il est à Dachau avec le matricule 101650.

Il est bientôt affecté au Kommando de travail d’Allach comme « maître » de profession.

Puis, le 22 octobre, il est transféré à Neuengamme, près d’Hambourg. Il reçoit un nouveau matricule, le 62470.

Il connaît ensuite le camp de Gross Rosen, jusqu’à l’évacuation de ce dernier, le 8 février 1945. À cette date, Marcel Bérini embarque, avec plusieurs milliers de détenus, dans des wagons découverts pour un voyage terrible de trois jours.

Le 11 févier, il arrive à Nordhausen, en Thuringe, et rejoint le camp de Mittelbau-Dora. Devenu le matricule 110218, Marcel Bérini décède, le 1er mars 1945, au Block 131, des suites de dysenterie. Son corps est ensuite envoyé au crématoire ; ses cendres sont dispersées dans les bois.

 

média :

 

monument aux deportes à Senones-88 ou habitais Berini Marcel

monument-aux-deportes-senones-88

Berini marcel

Berini-Marcel, son épouse, sa fille

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

honneurs :

 

 

Sources :

archives familiales M. Robert Legeay, petit fils

Musée de la Coupole – Historien L. Thiery

DA 8/9 (Dachau),

Dossier 21p424290 (DAVCC Caen) ;

Mémorial de Neuengamme ;

Informations et documents M. Robert Legeay (La Coupole, 2016).

archives Amicale Dora Ellrich,

Livre Mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Livre des morts du camp Mittelbau Dora

Cette notice biographique doit être considérée comme un document provisoire fondé sur les archives et témoignages connus à ce jour. Vous êtes invité à corriger les erreurs qui auraient pu s’y glisser et/ou à la compléter avec les informations, photos…. dont vous disposez (en indiquant vos sources).

 

 

Journal Officiel :

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

6 août 1987  –Page 08884

SECRÉTARIAT D’ÉTAT AUX ANCIENS COMBATTANTS

Arrêté du 2 juin 1987 relatif a l’apposition de la mention « Mort an déportation » sur les actes ou jugements déclaratifs de décès

NOR : ACVP8720031A

Par arrêté du secrétaire d’État aux anciens combattants en date du 2 juin 1987, il est décidé d’apposer la mention « Mort en déportation » sur les actes ou jugements déclaratifs de décès de :

Berini (Marcel, Robert), né le 11 novembre 1903 au Puid (Vosges), décédé le 1er mars 1945 à Dora (Allemagne)

 

 

 

 

 

Lien pour marque-pages : Permaliens.