BRONCHART LEON

Né le    11/09/1896 à Bapaume (62)

Pseudonyme :

Profession : Cheminot

Situation familiale : marié -3 enfants

Domicile :

Réseau maquis : Chef régional AS Fer Régional et chef de groupes francs ferroviaires Zone Sud

 Arrêté le : le 27 janvier 1943 à Brive en Corréze par gestapo de Limoges

 Prisons : détenu à Limoges du 29/01/1943 au 28/02/1943 et à Compiègne de 28/02/1943 au 28/04/1943

Il est dans le convoi parti de  Compiègne le 28 avril 1943 et arrivés au KL Sachsenhausen où il a le matricule 64590

 

parcours :

Léon Bronchart est transféré à Falkensee, puis Buchenwald, Dora, Ellrich

Devant l’avance des armées alliées il est évacué par train.Il est libéré à Bergen Belsen le 15/04/1945.

Léon Bronchart a écris son autobiographie en 1969 (les droits de publication ont été cédé l’amicale Dora Ellrich)

Léon Bronchart est mort le 25 septembre 1986 à Saint-Avertin (Indre-et-Loire).

Témoignage :

« Et vous mes petits-enfants, je n’aurais pas perdu mon temps si, à la lecture de ce livre, vous vous faisiez une idée de l’attitude que l’homme doit adopter, face au monde, face à la vie.

 Face au malheur : il faut lutter et savoir comment le faire. Au sein du malheur, au comble du désespoir, un seul moyen de sauvegarder la grandeur qui est en l’homme, c’est d’accepter l’épreuve, d’accepter le combat, toujours relever le gant, même quand tout paraît perdu, que la lutte n’a plus de sens dans une perspective humaine, relever le défi du destin, ceci jusqu’au bout.

Face à l’homme : ne pas être surpris lorsqu’on découvre des monstres, savoir que l’homme est capable du pire, mais aussi du meilleur, et que plus généralement il se situe entre les deux extrêmes. 

Donc il faut être prêt à affronter les monstres, à soutenir les meilleurs et à se montrer fraternel envers tous les autres »

 

média :

 

honneurs :

  • En 1946, Léon Bronchart est nommé chevalier de la Légion d’honneur, avec la citation suivante :

« Bronchart Léon, Louis, Capitaine des Forces Françaises de l’Intérieur, mécanicien de route SNCF. Résistant de la première heure, engagé volontaire 1914-1918 et 1939-1945 a été à l’origine de la formation du NAP de l’AS fer et des groupes-francs ferroviaires. A organisé le sabotage et refusé à plusieurs reprises de remorquer des trains de déportés et de troupes allemandes. Arrêté par la Gestapo, a été déporté après deux tentatives d’évasion. A continué la résistance et le sabotage dans les  différents camps d’internement où il a été détenu 23 mois. Les présentes promotions ou nominations comportent l’attribution de la Croix de guerre avec palme. »

  • Par décret du 11 mars 1947, la médaille de la résistance est décernée au capitaine Bronchart et remise par le général Kœnig.
  • En 1958, il est promu officier de la Légion d’honneur par décret en date du 31 juillet 1958, publié au Journal officiel du 4 et 5 août 1958. Léon Bronchart est décoré par Edmond Michelet.
  • En 1965, il est promu commandeur de la Légion d’honneur par décret en date du 26 avril 1965, inséré au Journal officiel le 28 avril 1965. Il est décoré par Adrien Cart.
  • Le titre de Juste parmi les Nations lui a été décerné en 1994.

Sources :

archives Amicale Dora Ellrich,

Livre Mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Livre : Ouvrier et soldat, imprimerie H. Meffre, Vaison-la-Romaine

Cette notice biographique doit être considérée comme un document provisoire fondé sur les archives et témoignages connus à ce jour. Vous êtes invité à corriger les erreurs qui auraient pu s’y glisser et/ou à la compléter avec les informations, photos…. dont vous disposez (en indiquant vos sources).

 

 

Journal Officiel :

 

Lien pour marque-pages : Permaliens.