Cognet Christophe: parce que j’étais peintre

  Il aura fallu dix ans à Christophe Cognet,  pour réaliser Parce que j’étais peintre. Dix années d’un travail ardu et ardent pour livrer ce témoignage exceptionnel sur un art façonné dans l’enceinte des camps nazis. Si Parce que j’étais peintre est bien le premier long-métrage de Christophe Cognet, il ne s’agit pas de son premier travail de mémoire sur les artistes ayant survécus aux camps de la mort durant la Seconde Guerre mondiale. Il a déjà consacré au sujet deux courts datant de 2004 et 2005     Les prisonniers n’étant pas autorisés à dessiner, c’est clandestinement qu’ils ont réalisé la plupart de ces  œuvres .Les artistes qui ont survécu racontent à Christophe Cognet comment ils prélevaient des gaines de tuyaux ou du papier brun d’emballage, pour s’en servir comme supports pour leurs dessins. Au moyen de ces matériaux rudimentaires, ils ont entrepris – comme pour mieux le conjurer –, … suite