Peenemunde cérémonie d’octobre

Nous en appelons à vous pour intervenir auprès du Land et de la municipalité de Peenemünde afin  que la plaque inaugurée en 2014 ne soit pas déposer. Pour  que le chemin de mémoire proposé par l’association Kulturforum   puisse être entrepris en toute sérénité et concrétiser ainsi le travail de mémoire des habitants de l’île d’Usedom.

 

Le 13 octobre 2015,

nous fleurirons et nous nous recueillerons

devant la stèle inaugurée l’année dernière

et rappelant le convoi du 13 octobre 1943.

la stèle fleurie en 2014

la stèle fleurie

Au milieu de 1943, pour pallier à la pénurie de main- d’œuvre civile allemande, la SS envois des détenus de Buchenwald, et en particulier des déportés français arrivés le 27 juin, et immatriculés dans la série des « 14000 » à Peenemünde. Ils ont été amenés au camp dit de Karlshagen le 11 juillet pour travailler sur les armes de représailles des nazi les V1 et les V2. Toute  activité est brutalement interrompue dans la nuit du 17 au 18 août 1943 par un violent bombardement britannique, l’opéraon Hydra.

La réaction d’Hitler, conseillé par Himmler, est immédiate, dès le 18 août, il décide de transférer rapidement la construction des A4 dans une usine souterraine de n’y employer que la main-d’œuvre concentrationnaire. Le 20 août, les responsabilités sont réparties. Le ministre de l’armement, Albert Speer, doit assurer le transfert. Le général SS Kammler fournira la main-d’œuvre. Le 26 août, le site du Kohnstein est choisi.

Un convoi constitué des Haftlings du hall F1 de Karlshagen part à Buchenwald le 13 octobre 1943. A leur retour à Buchenwald ils sont réimmatriculés et envoyés aussitôt dans le tunnel de  Dora. Ils y retrouvent les ingénieurs et contremaître de Peenemünde.

Cependant leur départ fut compensé par l’arrivée d’un convoi venant de Sachsenhausen en novembre 1943 et par un convoi de Lorrain refusant le port de l’uniforme allemand et arrivant du Struthof.

Devant l avance des armées alliées les premières évacuations se déroule à partir de février 1945.

Le musée de Peenemunde , comme celui de Mittelelbau Dora, doivent être une vigie pour les générations futures. A ce titre, comme le musée de la Coupole en France, ils doivent se préoccuper non de la soi-disant grandeur de la technologie nazie mais d’une autre Mémoire autrement douloureuse et criminelle…

 

Liens pour en savoir plus:

La Mémoire de Dora– Editorial de Jacques Brun numéro 9

Le Web documentaire Matricule

Résumé de l’histoire de Peenemünde

2014 inauguration de la stèle : Réussite, opposition, dégradations

 

 

 

 

 

Lien pour marque-pages : Permaliens.