Günzerode

Les détenus qui travaillent à Günzerode, à 8 km du camp de Dora, font partie de la SS Baubrigade 4, rattachée à Ellrich-Théâtre. Ils doivent construire une voie ferrée reliant Nordhausen à Kassel.
Denis Guillon a décrit le camp de Günzerode :

« C’est une grande bergerie désaffectée et réquisitionné qui nous abrite. Nous sommes là à peu près un millier d’hommes, parqués comme des bêtes. Des châlits à cinq niveaux emplissent entièrement le premier étage. En bas aussi, une grande partie de la place est transformée en dortoir à cinq étages. … Au fond, à gauche, est créé un coin pour deux gros autoclaves. C’est la  » cuisine « . A droite, et au fond également, l’abreuvoir à moutons est restauré et institué  » lavabos « …
Au fond du rez-de-chaussée également sont installés les deux  » friseurs  » qui nous rasent deux fois la semaine….
Nous sommes placés derrière les bâtiments importants d’une belle ferme. On entoure ce petit camp de poteaux et de barbelés, un mirador à chaque coin, de grosses lampes au sommet de chaque poteau. Un poste de garde à l’entrée. Une maison située hors des barbelés permet le logement des sentinelles. Des familles entières défilent devant les barbelés et nos passages « en rang par cinq » solidement encadrés par les SS sont toujours suivis par une foule attentive venue contempler leurs esclaves . »

Il y a une sorte de revier avec un médecin français le Dr Jean Bertheol. Le 23 mars 1945, les survivants sont repliés sur Ellrich -Théâtre.

Lien pour marque-pages : Permaliens.