HISTORIQUE

Le 28 octobre 1945 est créée l’Amicale des déportés de Dora et celle des déportés politiques et de la résistance d’Ellrich.

Ces deux amicales fusionnent le 11 mai 1946 pour devenir l’Amicale des déportés politiques et de la résistance de Dora, Ellrich, Harzungen et Kommandos annexes.

Le premier président nommé fut Pierre SEGELLE jusqu’en 1960, puis Marien LESCHI jusqu’en 1971, Gustave LEROY jusqu’en 1978, Gabriel LACOSTE jusqu’en 1983, Pierre DEJUSSIEU jusqu’en 1984, Louis GARNIER jusqu’en 1993, suivi de Jean MIALET, Yves MEVEL et enfin Pierre d’Astorg.

L’importance en nombre des veuves et orphelins oblige l’Amicale à créer une association annexe : L’aide aux orphelins. Au total, 83 familles sont concernées, représentant 183 orphelins. Elle sera dissoute le 31 mars 1962, suite au succès des démarches en faveur des orphelins.

Une publication, le lien , informe les adhérents des activités de l’Amicale, elle deviendra la mémoire de Dora-Mittelbau. Parallèlement, dès leur libération, les déportés avaient fait le serment de témoigner de leur expérience concentrationnaire en hommage à leurs camarades disparus d’une part, et pour éviter d’autre part un sursaut de l’histoire. Depuis sa création, le principal objectif de l’association demeure la pérennité de ce serment.

Par ailleurs, avec l’émergence des discours révisionnistes et négationnistes, un second objectif est apparu : lutter contre ces remaniements de l’histoire.

Enfin, dès 1945, l’association s’est fait le relais des déportés pour témoigner lors des procèsdes criminels de guerre. Administrativement, l’association a aidé dans un premier temps les déportés à obtenir leur pension versée par l’état français puis dernièrement les orphelins à bénéficier d’une indemnité contre le préjudice subi durant la seconde guerre mondiale.

Ainsi, après la guerre, le rôle majeur de l’amicale était principalement social puis a évolué au fil des générations pour accentuer son activité vers le travail de la mémoire (multiplication des témoignages oraux et écrits, développement des relations avec les mémoriaux en Allemagne…). L’Amicale, après des dénominations successives et des changements de statuts, est devenue l’Association pour la mémoire des camps de Dora, Ellrich et Kommandos, présidée par Pierre D’ASTORG jusqu’en septembre 2007 .

En effet , dernière évolution afin de fédérer leurs atouts, pour pérenniser son action, l’amicale a signé une convention avec la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Créée en 1990, la Fondation pour la Mémoire de la Déportation s’est fixée comme objectif de pérenniser la mémoire de l’Internement et de la Déportation au-delà de la génération des témoins et de faire connaître les valeurs qui en sont issues.

L’Amicale Dora Ellrich devient la Commission Dora Ellrich.

Ainsi, gardant un budget propre, et des structures adaptées, la Commission Dora Ellrich travaille pour l’avenir……

Pour marque-pages : Permaliens.