Rossla

A 21 Kms à l’Est de Nordhausen, sur la ligne qui mêne à Halle
Il y a là un bâtiment ancien, flanqué d’un four à chaux, ou « Kalkofen » qui donne son nom à l’ensemble de l’entrepôt.
Seuls les réservoirs, masqués par des filets de camouflage, restent au dehors.
A partir du 1er Août 1944, un Kommando de détenus, une centaine, se rendent quotidiennement sur place par train depuis Dora. Puis en Septembre on les installe à proximité dans un mini camp établi à leur intention où ils restent à l’écart jusqu’à l’évacuation d’avril 1945.
Avec un faible encadrement allemand, la vie du Kommando, des polonais, des tchéques, quelques français, et beaucoup de russes, est « paisible » et l’Unterscharführer qui commande les SS ne fait pas de zèle. Il y a peu de malades.

Deux détenus sont soignés au Revier de Dora et reviennent.
Max Dutilleux témoigne : « on passera en tout huit mois à Rossla sans qu’on ait eu à déplorer un seul mort, ni chez les français, ni chez les autres…. »
Cependant il faut noter qu’il y eut un mort à Rossla dont Max Dutilleux ne fut pas informé.
L’effectif à Rossla au 1er novembre 1944 est de 112 détenus.
Le 5 avril 1945 les détenus de Rossla partent en colonne pour traverser le Harz en direction de Haberstadt. Les détenus qui ne peuvent pas suivre sont abattus.

Ils s’arrêtent à Orianenbourg – Sachsenhausen soit à près de 300 Kms .

Le 21 avril le camp d’Orianenbourg – Sachsenhausen est à son tour évacué. Les détenus de Rossla suivent alors des parcours divers.
Sur ce petit camp nous conseillons la lecture du témoignage de Max Dutilleux, « Le camp des armes secrètes, Dora-Mittelbau », Ed.Ouest- France / Mémorial pour la paix, Caen, 1993.

Lien pour marque-pages : Permaliens.