Alloin René
Alloin René

Né le       12/10/1902            à  Courbeteaux (51)

Pseudonyme :

Profession : Militaire – Lieutenant-Colonel d’infanterie

Situation familiale en 1940 :marié, 4 enfants

Domicile :Clermont-Ferrand

Réseau maquis :Organisation de Résistance de l’Armée (ORA)

 Arrêté le :1er octobre 1943 à Clermont-Ferrand

 Prisons :

  • Prison militaire du 92ème RI à Clermont-Ferrand du 1er octobre 1943 au 17 décembre 1943
  • Compiègne du 17 décembre 1943 au 22 janvier 1944

Il est dans le convoi parti de  Compiègne le 22 janvier 1944  pour Buchenwald où il a le matricule 41740

 

parcours :

Il est transféré à Dora le  16 février 1944.

René Alloin est affecté à un des kommandos du tunnel où il s’épuisera du 28 juillet 1944 au 5 avril 1945.

Devant l’avance des armée alliées Alloin René est évacué sur le camp de Ravensbrück. Il meurt d’épuisement durant ce transfert de Dora à Ravensbrück entre le 6 avril 1945 et le 16 avril 1945. Il est amené au four crématoire à son arrivée à Ravensbrück.

Le 6 juin 1946 René Alloin est promu Lieutenant-colonel à titre posthume, rétroactivement au 25 décembre 1944.

Cette notice biographique doit être considérée comme un document provisoire fondé sur les archives et témoignages connus à ce jour. Vous êtes invité à corriger les erreurs qui auraient pu s’y glisser et/ou à la compléter avec les informations, photos…. dont vous disposez (en indiquant vos sources).

Témoignage :

Né le 12 octobre 1902   à Courbetaux (Marne), il passe son enfance auprès de ses parents à Paris (39 rue Poliveau 75005)

Le   24 juin 1921,   il s’engage comme  volontaire au 101ème RI puis au 24ème RI . Il est  admis à l’école d’infanterie et de chars de St Maixant le 1er octobre 1925

Le 25 août 1926,  il épouse  Marie-Louise Deshaies.

Le 1er octobre 1926 il est nommé  Sous-Lieutenant, et affecté à l’armée du Rhin, au 170ème RI à Kehl en Allemagne. Il est nommé lieutenant d’infanterie le 24 septembre 1928  et admis à l’Ecole Supérieure de guerre le 1er novembre 1933. Il est promu capitaine le 29 septembre 1935 et breveté d’Etat-major le 31 octobre 1935.

Le 1er novembre 1935, il est affecté à la 11ème DI à Nancy, sous les ordres du Général Frère; puis  le 1er novembre 1937,  au 26ème RI à Nancy.

Le 2 septembre 1939 il est affecté à l’Etat-major de la 4ème armée, 3ème bureau, sous les ordres du Général Requin. Après l’armistice du 22 juin 1940, il est affecté à l’Etat-major de la 13ème Région militaire à Clermont-Ferrand le 1er juillet 1940.

René Alloin est placé hors cadre et affecté à l’Etat-major du 2ème groupe de division militaire, sous les ordres du Général Frère le 1er mars 1942 et le 23 avril 1942 , il est promu chef de bataillon.

Il est mis en congé de l’armée d’armistice le 1er mars 1943 puis   rappelé en activité près le commandant régional de Clermont-Ferrand chargé de la liquidation de l’armée d’armistice  le  1er juin 1943. Cet organisme officiel servait,  de couverture à l’Etat Major Régional de l’ORA.

Reconnu comme combattant FFI à partir de Novembre 1942, Reconnu comme faisant partie de l’ORA à compter du 1er janvier 1943 , René Alloin est  arrêté par la Sicherheitpolizei au siège du commissariat régional militaire et transféré à la prison militaire du 92ème RI à Clermont-Ferrand le 1er octobre 1943. Le 17 décembre 1943  il est transféré de Clermont-Ferrand à Compiègne. René Alloin est dans le convoi parti de  Compiègne le 22 janvier 1944  pour Buchenwald où il a le matricule 41740. Il arrive à Dora le 16 février 1944 . La famille reçoit de René Alloin un courrier daté du 28 juillet 1944.Ce sera son dernier signe de vie.

René Alloin fait partie du « convoi de la mort » Dora-Ravensbrück  du 5 avril 1945   . Il meurt d’épuisement au cours du trajet.  Aucun de ses camarades ne se trouve dans le wagon, on ne sait rien de ses derniers moments.

Michel ALLOIN, fils de René ALLOIN: « Après l’armistice, en septembre 1940, nous pouvons rejoindre notre père en zone libre à Clermont-Ferrand. Notre première question fut : « Nous sommes vaincus ? ». Réponse de mon père : « Cela peut demander cinq à dix ans mais nous serons les vainqueurs. Dès maintenant nous camouflons pour notre retour dans la guerre des armes, des munitions, du carburant. »

Extrait d’une lettre du 21 septembre 1945 envoyée à Marie-Louise ALLOIN par l’abbé Jean-Paul RENARD, qui était à Dora avec René ALLOIN: « Mais que votre douleur trouve un magnifique motif de consolation dans le fait de la certitude morale que j’ai personnellement que votre cher mari possède déjà, plus heureux que nous, la Béatitude, tellement sa vie était sainte dans cet enfer et tellement son témoignage a été ardent pour la cause du Christ. C’est lui qui par son insistance a obtenu la consécration directe (en dehors de la Messe, que nous ne pouvions pas célébrer) des hosties que nous avions pu fabriquer. Ainsi il pouvait communier chaque jour et, quand sa provision était épuisée, il retrouvait volontiers Jean-Paul, qui lui remettait Le nécessaire. »

 Intendant militaire René DESLANDES, extrait du bulletin de liaison n°15 d’avril 1951 de l’école de St Maixent : « Non seulement, René ALLOIN, Lieutenant-Colonel du 25 décembre 1944 et Chevalier de la Légion d’honneur, est Mort pour la France mais il est tombé face à l’ennemi au Champ d’honneur. [A l’école d’infanterie et de chars de St Maixent], sa foi patriotique et sa foi tout court font l’admiration de ses camarades, pour lesquels sa vie est un exemple et un réconfort »

 

 

 

 

média :

Alloin René
Alloin René

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

honneurs :

Chevalier de la Légion d’honneur

Croix de guerre : 2 citations (1940 et 1945)

Médaille de la Résistance

Mort pour la France

 

 

Sources :

Archives familiales – Tous droits réservés

archives Amicale Dora Ellrich,

Livre Mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Journal officiel

 

 

 

Journal Officiel :

 

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

28 février 1988

page 02785

SECRÉTARIAT D’ÉTAT AUX ANCIENS COMBATTANTS

Arrêté du 15 décembre 1987 relatif à l’apposition de la mention « Mort en déportation » sur les actes de décès

NOR : ACVPB730070A

Par arrêté du secrétaire d’État aux anciens combattants en date du 15 décembre 1987, il est décidé d’apposer la mention «Mort en déportation» sur les actes de décès de :

Alloin (René, Louis), né le 12 octobre 1902 à Courbeteaux (Marne), décédé le 16 avril 1945 à Ravensbrück (Allemagne).